Réclame!

Un théâtre dans le théâtre où l'on assiste en direct à la lente démolition d'un spectacle et de ses acteurs par le bulldozer de la publicité.




Le spectacle aborde différentes thématiques inhérentes à la société de consommation. Nous y évoquons la place de la culture, bien sûr, son devenir, sa survie, son intégrité, mais au-delà, nous nous interrogeons sur le seuil de tolérance à l'agression publicitaire, sur l'absurdité de nos pratiques de consommateur, sur le devenir d'une civilisation de l'objet-roi.

Le spectacle « RECLAME ! » naît en définitive de la superposition de deux modes radicalement différents : dune part la mise en scène d'un texte classique, « la grande imprécation devant les murs de la ville », et d'autre part la création de scènes publicitaires qui viennent s'insérer plus ou moins brutalement dans la tragédie.
Au fil de la représentation, la muraille,remplacée progressivement par des placards commerciaux, part en lambeaux, les comédiens nont plus le temps ni la force de changer de costume, les produits vantés dans les annonces s'amoncellent sur les plateaux. Publicité et tragédie s'interpénètrent alors dans la confusion la plus totale.
Le texte de Dorst a été choisi d'une part, bien sûr, pour la profondeur de son propos, en contraste avec la légereté et la bêtise du discours publicitaire, mais également pour la distance temporelle et géographique qui le sépare de notre culture, comme une répétition inéluctable des mécanismes du pouvoir

Au pied des murs de la ville, à l'époque de la Chine impériale, une femme implore lEmpereur de lui rendre son mari, enrôlé de force dans l'armée. Derrière la muraille, un soldat répond à son appel.Tout en haut, sur le chemin de ronde, un officier décide de se jouer d'eux : ils pourront partir ensemble, à condition de lui prouver qu'ils sont bien mari et femme. Hélas ! Ces deux là, en réalité, ne se connaissent pas. Un jeu cruel et dangereux commence...
Tel est le propos de « la Grande Imprécation devant les Murs de la Ville », la pièce que vous allez voir. Ou plutôt : que vous auriez vu, si les comédiens n'avaient pas eu la riche idée de faire financer leur création par une chaîne de supermarchés !
Le burlesque s'invite alors dans la tragédie, les situations dérapent, le rythme s'accélère, la pression monte, la machine semballe.
Un combat grotesque et inégal s'engage entre un sponsor écrasant tout sur son passage et trois acteurs dont les seules armes sont le théâtre, le rire et la dérision.

Presse

Fiche technique

Durée : environ 60 mn / Jauge : 500 spectateurs
Intervenants : 4 comédiens, 1 régisseur son, 1 régisseur lumière
Spectacle en extérieur fixe, en salle également
Emprise du décor : profondeur 7m ( 6m dans le public), hauteur 4m50 minimum (6m dans l'idéal), ouverture 12m
Temps de montage : 5h (compter une journée si travail d'éclairage)
Temps de démontage : 3h
Loges à prévoir à proximité, fermant à clef, avec point d'eau et miroir.
En rue, un espace calme (sans circulation alentour) et de surface plane et horizontale est nécessaire au bon déroulement de la représentation.
mise en scène: Marco Rullier
avec: Henry Charrière, Gabriela De Siqueira, Marcel Morize,Yannick Barbe
construction décors et régie: Joaquim Briand
costumes et scénographie: Estelle Rullier
lumières: Etienne Cordeau
photos: Nadine Buchholz
direction d'acteurs "Grande Imprécation": Mélanie Rullier
auteur du texte "la Grande Imprécation devant les Murs de la Ville" : Tankred Dorst / traducteur : Gaston Jung / éditions de l'Arche
Ce spectacle a été créé avec le soutien de la compagnie les Oiseaux de Passage, la Communauté de Communes de Die et du Diois, la Gare à Coulisses, Centre National des Arts de la Rue, et la Région Rhône Alpes